LE CORONAVIRUS CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES *** ENSEMBLE, STOPPONS SA PROGRESSION EN RESPECTANT LES MESURES BARRIERES *** POUR TOUTE INFORMATION, APPELEZ LE 143 ou 101. ENVOYEZ PAR SMS « CORONAVIRUS » au 1366 *** LE CORONAVIRUS CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES *** ENSEMBLE, STOPPONS SA PROGRESSION EN RESPECTANT LES MESURES BARRIERES *** POUR TOUTE INFORMATION, APPELEZ LE 143 ou 101. ENVOYEZ PAR SMS « CORONAVIRUS » au 1366




Niamien Affoué Ghislaine,
Guest of the month
L’invité du mois
Par / By Lisi YAO

Her small size, sweet face and nature do not show she is a tigress. « La tigresse » in English ‘’The tigress’’ is the nickname given to her by her masters and friends, for her liveliness and fighting spirit. Officially called Niamien Affoué Ghislaine, she is the African Champion of Vo CoTruyen – martial discipline from Vietnam – under 50 kg, she is also a building technician, specializing in organizations studies. Interestingly, she is taking us into her world to meet her club, family and collaborators.

What attracted you to martial arts and Vo CoTruyen in particular ?
I have been motivated to practice martial arts when I met myfriend who is a martial artist. I was already practicing several sports when I was a student at the Houphouët-Boigny National Polytechnic Institute but once back in Abidjan, I no longer had the opportunity to do so. I had to find another activity to stay awake. At the HBN-PI, I played volleyball, handball, football and so.

I was passionate about martial arts since I was a child but I didn’t have the opportunity to practice. I just observed the different martial arts styles and I noticed with the Vo CoTruyen, there is a combination of techniques. We don’t only limit in kicking or punching but we use kicks, punches, sweeps, throws… Everything is combined and It is there I found myself. It is the crossroads of sports.

Can you tell us about your beginnings as an athlete ?
It was in 2018 where I had the information about Vo CoTruyen with a friend of mine who practices this wonderful martial art and I was happy to join his club. The first difficulty was my integration. There was already a family and as a new member, I was confronted to find a way to take part in the activities by getting use of this new family. After integrating, I was once again challenged to level up and jointhe national team, and I have been working hard and differently on technics because our discipline is not limited to fighting but extends to demos: weapons and bare hands demos. By the end of the day, I was lucky to be selected for the national team after showing determination and courage.

How did you manage to integrate the family ?
There was a first initiative when I arrived as a new member and in this initiative, you have to introduce yourself after your first session and people shall ask you to sing or dance. It’s was a test. If you accept the test and succeed, you earn points but when you refuse to do so, you establish a kind of distance between you and others. I passed the test and became closer to the others.

As a woman, was it easy for you to make difference ?
Not at all! When I started practicing martial arts, a lot of people thought it was just for fun or fighting butI wanted to change things. During my career, I realized that women don’t practice martial arts as much because it may difficult for them when it requires more physical efforts, it is a little more complicate but I was devoted to adapt and motivate other women.

How did your parents react when they realized you were practicing martial arts ?
They were worried about injuries. I strongly ensured them not to worry and I had an insurance yet, my family now comes to support me during my competitions.

What are the reactions of your non-practicing friends and people around you regarding your athlete status ?
My friends told me that I have chosen a combat sport therefore I shouldn’t complain when it hurts. They told me running around the neighborhood is better than combat sport.

Some people are rather surprised when they find out that I’m a martial artist and ask why I didn’t tell them that I was practicing a martial art. They asked me a lot about my discipline but I didn’t talk about it because as soon as people know that you are a practitioner, they have ideas about you without knowing exactly who you are and I noticed that with is a practitioner. So, I wasn’t showing it either. Everyone asks:“doyou know how to fight? Can Ifight a fight with you ?”.

People knew that I am a practitioner when I started sharing my photos and videos on the social mediasbut when they asked if I am really doing so,I always said no. With my trophies and medals, they realized that was something serious and true and I would like to also that martial arts are not for people who like conflicts. We know fighting technics so we avoid holding shoulders with non-practitioners because they do not know them and can hurt themselves.

Are you more demonstrative or a fighter ?
When we go to war, we do everything. When we go for a competition outside, we have to be good at fighting and demonstrating. If we do not limit ourselves to combat, we can also have medals with demos like 4 or 5 medals. When an athlete has to go to compete, he gets ready for the fightsand for the demos.

Do you know the KickBoxing, specifically the K-1? Would you be interested in participating in an ISKA African K-1 title ?
I know kickboxing, specifically K-1. Participating in an African and a world title is one of the goals I want to achieve. I am very passionate about this sport and I will be happy to follow the fights on RMC Sport. I also have great admiration for female fighters, particularly Anissa Meksen.

What is your best memory since your arrivalinVo CoTruyen ?
It is the African Championship. It met some people of the same discipline from other countries. It was through the competition that I really discovered my art in confronting Ivorian art to other countries.I won several medals in my category during the African championship and the national championship but the one I prefer is my gold medal I won at the African championship. It was my first gold medal.

What is your message for those who intend to practice martial arts specially Vo CoTruyen but who stillhesitating ?
You can have a job, work in an office and be a martial art professional. It may be difficult to combine things but we can find an agreement. Beyond the « brutal » side that everyone sees in martial arts, there also is the « self-control » side. Martial arts facilitate integration and bring respect. Through martial arts, we learn discipline. I would like to tell people that neither hurt nor teasing should stop them. When you want to achieve a goal, you work hard to achieve it. I strongly encourage people to join martial arts because they are great ways of self-fulfillment. It represents a big family.

Finally, we are preparing for the worldcompetition. It the competition that could not take place in 2020 due to the Covid-19 butit will take place this year. We are mentally and physically train to win first place. So we encourage all those who are interested and would like to practice Vo CoTruyen or who are curious about the discipline to contact us. They will have all the information and motivations they need.

Master Marcel KOFFI,
National Technical Director (Ivory Coast) of the Vo CoTruyen discipline

Ghislaine is part of the national team. When we talk about the Ivorian Vo CoTruyen team today, we talk about 268 international medals, several titles of World Champion. When you have the chance to train young people who started from the first step to the world championship and who beat the Vietnamese at home … the result is there.
Niamien is part of this national team where there are several young girls who preceded her in this adventure. I think about the late Houngbedji Vieterl who was one of her predecessors, I can say the one who inspired her. Today, we are happy and proud of Ghislaine’s career. Ghislaine is not necessarily physical. She is around 1.65 m but she has the heart to overcome all the obstacles on her way.
We are very proud and we did not hesitate, when we saw her practicing Vo CoTruyen automatically we gave herthe nickname « Tigress ». She did well with the titles of African championship, Ivory Coast championship… Ghislaine is preparing herselffor the world championship which will take place in Algeria. We are in a country where there are minor sports and sports that I will not qualify as major but I hope that we will have the resources so that Ghislaine crowns her gallery of trophies with the medal of gold or of the world championship. I wish her a lot of self-sacrifice at work, constancy at the club and I would like to tell her that we are never full. We should always be hungry and we should never give up as our motto reads.
Thanks to your organization which gives the opportunity to young athletes fromless known disciplines to express themselves. Hopefully next interview will take place when back from a world championship.

Niamien Patrice
(Elder Brother)

It surprised me to hear that Ghislaine practices a martial art. I knew that Sandrine, my other little sister, plays football, but I didn’t know about Ghislaine. I noticed it when I saw her medal. We are a family of sportsmen and I am happy for my sister.

Ghislaine decided to practice Vo CoTruyen then she has to know that she is not going to win all her fights. However, it is when she will lose some fights, that where she will have more strength to move forward. She shouldn’t be discouraged if she loses a fight. Rather, it should be a source of motivation to work harder.

Niamien Sandrine
(Elder Sister)
Ghislaine informed me that she practices a martial art. I even accompanied her to her training sessions. I wanted to practice the same martial art but my passion for football took over. When Ghislaine was the African champion, I was happy. I told her she is lucky her teeth weren’t pulled out (laughs).

Ghislaine is my friend, my younger sister. I wish her a lot of courage. I will always support her in her competitions as long as I can. May God protect her on what she decided to do. She will always have the support of the family.

Dinde Aristide
(Ghislaine’s friend)
We have been friends since 4 years. I also practice martial arts but she got into it before me in 2018. Nothing has changed about Ghislaine since she has been practicing Vo CoTruyen. She is always calm and stubborn (laughs). I’m proud of her. I practice WuShu and knowing that she practices a martial art has also reinforced our friendship.

Martial YAO
architect, studies manager at BGET, Ghislaine Niamien’s supervisor
Ghislaine is a good person. She’s my younger sister from INP-HB. We knew she was practicing a martial art and we set the program so that she could continue her training. I couldn’t see her during her competitions, but our General Manager did it. Watching to her videos I have seen; I can say that she’s combative and it’s the same at work. I tease her often, asking her to take me to register for martial art lessons.

Generally, people practice sports to de-stress. I did not know this sport before and it was thanks to Ghislaine that I got to know it. I would like also to practice it. I encourage Ghislaine because sports make a person’s life good. We should be interested in sport also it’s not just football and handball that are sports. I encourage the practice martial arts.

Mr Niamien Joachim
(Ghislaine’s father)
Ghislaine didn’t tell me she was practicing a martial art when she started training. She went to school in Bouaké, then in Yamoussoukro. When she arrived in Abidjan, she used to go and train with her sisters and one day I asked her where she goes to train and then she briefly explained me that she learns boxing and karate. This is how I have been informed but I wasn’t surprised because I was a sportsman myself at school. Nobody was surprised when Ghislaine started practicing sports at school. Her sisters used to go to support her during her competitions.
Today, we have to let an adult who knows what he wants make his choices, even if he is our child. When you oppose, this child does things behind you so better get along and encourage him or her.
Ghislaine will always have our blessing to continue because only perseverance gives good results.

Mrs Niamien Yvonne
(Ghislaine’s mother)
I didn’t know Ghislaine was practicing a martial art, until we asked her where she was going to train. Everything God does is good. I pray that she always go ahead.

Niamien Franck
(Elder Brother)
I noticed at home that Ghislaine practiced a martial art because I had seen her kimono. I often tease her about her size. Ghislaine was already teaching my daughter (4 years old) in martial arts. I was in Agboville when I heard the news of his continental title. Ghislaine posted about it and I said to myself: « it’s apparently serious » and I called to congratulate her. I was happy. I encourage her to go ahead. All the best for her.

Niamien Marius
(ElderBrother)

I saw Ghislaine going to her training and competitions but I didn’t know she had reached such a level. I encourage her to keep working to become like Gbagbi Ruth. I wish she goes for competitions in Europe… She should inform us for her next competitions so that we can go and support her as usual.

Niamien Marie-Angèle
(Elder Sister)
She is my sister and we are also friends on Facebook. I heard she practiced martial arts from her publications. I thought it was just for fun. I called her the « truyande of the house » (laughing) because of the denomination of her discipline. I usually tell her to come home with money after her competitions so that we can share something with the family. This is how I motivate her. I wish to my sister success. She always has to rely on God for many medals and a lot of money.

Kouamé Dani
(Ghislaine’s friend)
We were both students at INP-HB but it was in Abidjan that we had the opportunity to get closer. I encourage her. She’s doing well. The fact that she is small makes us think that martial art is a little bit dangerous but with trainings it is fie and because it is her passion and fear disappears.

Mr. Kouakou Fulgence General manager of the General office of technical studies (pre-project study, monitoring and control of works – Buildings and public works
Like our other collaborators, Ghislaine is a good one. She achieved the goals given to her. She is one of our younger sister for having attended the same school. Her sports do not affect the quality of her production. When she has training or competitions, she manages to perform, she does her job before going. We live in a friendly atmosphere; she is an excellent collaborator who works on organization calculations and she is a designer. It’s nice to collaborate with her, a champion of Africa.

Diomandé Didier
Deputy Chief Executive Officerat BGET, head of monitoring and missions
We were looking for a building technician profile who had a good basis for calculation and it was Niamien’s CV that grabbed our attention. We didn’t know that Niamien practiced a martial art. It was her secret and It was one of our direct cadets from the INP-HB, who is his godfather, who informed us. He invited us to see Ghislaine’s videos on her Facebook page.
Niamienis cool blooded girl and has the spirit of a winner. She is someone who works harder to achieve goals, to win battles. When she’s working on a project, it’s like a fight for her.
We must admit that martial arts have brought a lotto Niamien. We are happy for having her with us, we’ll go far with her, she’s our favorite.

Son petit gabarit, son doux visage et son tempérament ne laissent pas deviner qu’elle est une tigresse. « La tigresse », c’est le sobriquet que lui ont donné ses maîtres et ses amis, pour sa vivacité et son esprit de combattante. Niamien Affoué Ghislaine, Championne d’Afrique de Vo CoTruyen – discipline martiale d’origine vietnamienne – des moins de 50 Kg, est aussi Technicienne en bâtiment spécialisée dans les études de structures. Elle nous emmène dans son univers pour rencontrer son club, sa famille et ses collaborateurs.

Qu’est-ce qui vous a attiré vers les arts martiaux et le Vo CoTruyen en particulier ?
J’ai été motivée à intégrer la discipline quand j’ai fait la connaissance de mon ami pratiquant. Je pratiquais déjà plusieurs sports quand j’étais étudiante à L’Institut National Polytechnique Houphouët-Boigny (INP-HB) mais une fois de retour à Abidjan, je n’avais plus l’occasion de le faire. Il fallait trouver une autre activité pour rester éveillée. A l’INP-HB, j’ai pratiqué le volley, le hand-ball, le football…

J’étais passionnée d’arts martiaux depuis mon enfance. Je n’avais juste pas eu l’occasion de la pratique. J’ai observé les différents arts et j’ai remarqué qu’avec le Vo CoTruyen, il y a une combinaison de techniques. On ne se limite ni aux coups de pieds, ni aux coups de poings. On utilise les coups de pieds, les coups de poings, les balayages, les projections… Tout est combiné. C’est grâce à cet art que je me suis retrouvée. J’ai constaté qu’il est pratiquement le carrefour de tous les sports. C’est ce qu’il m’a attirée.

Vous nous racontez vos débuts en tant qu’athlète ?
J’ai connu le Vo CoTruyen à travers un ami qui était déjà pratiquant. Je me suis renseignée auprès de lui et j’ai intégré son club. La première difficulté était celle de l’intégration, les contacts avec les autres. Il y avait déjà une famille et en tant que nouveau membre, il fallait trouver le moyen de s’intégrer et de prendre part aux activés. Après m’être intégrée, il fallait avoir un niveau assez suffisant pour faire partie l’équipe nationale. Je devais travailler les techniques mains nues, armes et combats car notre discipline ne se limite pas seulement aux combats mais s’étend aux démos : démos armes et mains nues. J’ai eu la chance d’être sélectionnée dans l’équipe nationale pour avoir élevé mon niveau. Je pratique le Vo CoTruyen depuis 2018.

Comment vous y êtes-vous pris pour intégrer la famille ?
Chez nous, il y a une première initiation. Quand tu arrives, en tant que nouveau membre, après la première séance, on te demande de te présenter, ensuite on te demande de chanter ou de danser. C’est un test.  Si tu réussis à participer à ce test, tu gagnes des points mais lorsque tu refuses de participer à cet exercice, tu mets une certaine distance entre les autres et toi. J’ai participé à cet exercice et il m’a permis d’être avec la famille. Les contacts ont commencé à passer plus facilement.

En tant que femme, a-t-il été facile pour vous de vous démarquer ?
Non. Quand tu commences à pratiquer les arts martiaux, on pense que c’est juste pour t’amuser. Soit on te qualifie de palabreur, soit on te qualifie de plaisantin. Je voulais changer cette image. Pendant mon parcours, je me suis rendue compte que les femmes n’intègrent pas beaucoup le milieu parce qu’elles ont dû mal avec le sport alors, pour un sport qui demande un dépassement physique, c’est un peu plus compliqué. Il a fallu s’adapter et motiver les autres femmes.

Comment les parents ont-ils accueilli le fait que vous pratiquez un art martial ?
Les parents étaient réticents à cause des blessures. Je les ai rassurés, il y a une assurance. La famille vient assister à mes compétitions aujourd’hui, couramment.

Quelles sont les réactions de vos amies non pratiquantes et de votre entourage relativement à votre statut d’athlète ?
Mes amies me disent que j’ai moi-même choisi un sport dans lequel on donne des coups alors je ne devrais pas me plaindre lorsque j’ai mal. Elles me disent qu’elles préfèrent courir dans le quartier plutôt que pratiquer un sport de combat.

Certains gens sont plutôt surpris quand ils apprennent mon statut et demandent pourquoi est-ce que je ne leur ai pas dit que je pratique un art martial. Ils me demandent quel art je pratique et ce que l’on fait. Certains sont curieux, ils posent beaucoup de questions. Au début, je n’en parlais pas parce que dès que les gens savent que tu es pratiquante, ils se font une idée de ta personnalité sans vraiment te connaitre et j’ai remarqué que tous ceux qui sont pratiquants le cachait. Je ne l’affichais donc pas non plus. En fait, tout le monde dit « ah, tu sais te battre ? Tu peux te battre ? » quand ils apprennent que tu pratiques un art martial.

Les gens ont su que je suis pratiquante lorsque j’ai commencé à partager mes photos et vidéos sur Internet. Mais, lorsqu’on me posait la question de savoir si je suis pratiquante, je répondais que je ne le suis pas. Avec les trophées et les médailles, ils ont compris que c’est quelque chose de sérieux et que ce n’est pas une affaire d’aimer se bagarrer. Les arts martiaux, ce n’est pas pour les bagarreurs. Nous connaissons les techniques de combat alors nous évitons de nous mesurer aux non pratiquants car ils ne les connaissent pas et peuvent se faire mal.

Etes-vous plutôt démo ou combat ?
Chez nous, quand on va à la guerre, on fait tout. Lorsque tu vas à l’extérieur, il faut que tu sois bon en combat et en démo. Si on ne se limite qu’au combat, on ne peut qu’avoir une médaille alors qu’avec les démos, on peut avoir 4, 5 médailles… Lorsqu’un athlète doit aller compétir, il se prépare et pour les combats, et pour les démos.

Connaissez-vous le KickBoxing, précisément le K-1 ? Seriez-vous intéressée de participer à un titre africain ISKA en K-1 ?
Je connais le kickboxing, précisément le K-1. Pourvoir participer à un titre africain et à un titre mondial est l’un des objectifs que je compte atteindre. Je suis beaucoup passionnée de ce sport. J’aime suivre les combats diffusés sur RMC Sport et j’admire une figure féminine, une athlète particulière du nom de Anissa Meksen.

Quel est votre plus beau souvenir depuis que vous pratiquez le Vo CoTruyen ?
C’est le championnat d’Afrique. Il m’a permis de me confronter à d’autres personnes de la même discipline, venant d’autres pays. C’est à travers la compétition que j’ai le plus découvert mon art, lorsqu’on confrontait l’art ivoirien et l’art des autres pays. C’est là mon plus beau souvenir. J’ai remporté plusieurs médailles dans ma catégorie durant le championnat d’Afrique et le championnat national. La médaille qui m’a le plus marquée est ma médaille d’or lors du championnat d’Afrique. C’était ma première médaille d’or.

Quel message pour les personnes qui aspirent à pratiquer les arts martiaux, le Vo CoTruyen mais qui hésitent ?
On peut pratiquer un métier, être cadre et être un professionnel des arts martiaux. Ça va de pair. Il peut être difficile de concilier les choses mais on peut trouver une entente. Au-delà du côté « « brutal » que tout le monde voit dans les arts martiaux, il y a le côté« maîtrise de soi ». Les arts martiaux permettent de s’intégrer et de respecter la hiérarchie. A travers les arts martiaux, on apprend la discipline. J’aimerais dire aux personnes réticentes que ni les blessures, ni les moqueries ne doivent les arrêter. Quand tu veux atteindre un objectif, tu mets les moyens à ta disposition pour l’atteindre. J’encourage à intégrer les arts martiaux parce qu’ils sont un grand moyen d’épanouissement. C’est une grande famille. 

On se prépare pour le mondial. La compétition qui n’a pas eu lieu en 2020 à cause du Covid-19 aura lieu cette année. On se mobilise pour remporter la première place. Nous encourageons toutes les personnes qui sont intéressées, qui voudraient pratiquer le Vo CoTruyenou qui sont curieuses de connaître la discipline à entrer en contact avec nous. Elles auront toutes les informations nécessaires. 

Maître Marcel KOFFI
Directeur National Technique (Côte d’Ivoire) de la discipline Vo CoTruyen
Ghislaine fait partie de l’équipe nationale. Aujourd’hui, le Vo CoTruyen Côte d’Ivoire, c’est 268 médailles à l’international, plusieurs titres de Champion du monde. Quand on a la chance de former des jeunes qui partent du béaba jusqu’au championnat du monde et qui vont battre les vietnamiens chez eux… le résultat est là.
Niamien fait partie de cette équipe nationale où il y a plusieurs jeunes filles qui l’ont devancé dans cette aventure, qui ont tracé la voie. Je veux parler de feue Houngbedji Vieterl qui était une de ses devancières, je pourrais dire celle qui l’a plus ou moins inspirée. Aujourd’hui, on est heureux et fiers du parcours de Ghislaine. Ghislaine n’est pas forcement physique. En termes de morphologie, elle est autour de 1,65 m mais elle a un cœur qui lui permet de franchir tous les obstacles qui se présentent à elle.Nous sommes très fiers, nous n’avons pas hésité, quand nous l’avons vu commencer à pratiquer le Vo CoTruyen, à lui attribuer le sobriquet de « Tigresse ». Elle nous le rend bien avec les titres de championne d’Afrique, de championne de Côte d’Ivoire… Ghislaine est en train de se mettre en ordre de bataille pour le championnat du monde qui aura lieu en Algérie. Vous savez, nous sommes dans un pays où il y a des sports mineurs et des sports que je ne vais pas qualifier de majeurs mais j’espère que nous aurons les moyens qui vont permettre à Ghislaine de couronner sa galerie de trophées avec la médaille d’or ou du championnat du monde. Je lui souhaite encore beaucoup d’abnégation au travail, de régularité au club et je voudrais lui dire qu’on n’est jamais rassasié, qu’il faut toujours avoir faim et qu’il ne faut jamais abandonner comme notre devise le dit.
Merci à votre structure qui donne la possibilité à de jeunes athlètes issus de disciplines plus ou moins connues de s’exprimer. J’espère que la prochaine interview se fera à notre retour d’un championnat du monde.

Niamien Patrice
Frère aîné

Cela m’a surpris d’apprendre que Ghislaine pratique un art martial. Je savais que Sandrine, mon autre petite sœur, jouait au football mais je ne savais pas pour Ghislaine. Je l’ai su lorsque j’ai vu sa médaille. Nous sommes une famille de sportifs et je suis content pour ma sœur.
Ghislaine a décidé de pratiquer le Vo CoTruyen, il faut qu’elle se mette en tête qu’elle ne va pas gagner tous ses combats. C’est au contraire quand elle en perdra qu’elle aura plus de force pour aller de l’avant. Il ne faut pas qu’elle se décourage si elle perd un combat. Ce doit plutôt être une source de motivation pour mieux travailler. 

Niamien Sandrine
Sœur aînée
Ghislaine m’a informé qu’elle pratique un art martial. Je l’ai même accompagné à ses entraînements. J’ai voulu m’y mettre mais ma passion pour le football a pris le dessus. Elle m’avait confié sa pratique. Quand Ghislaine a été championne d’Afrique, j’étais contente. Je lui ai dit « heureusement qu’on n’a pas enlevé tes dents » (rires). Ghislaine, c’est ma pote, ma petite sœur. Je lui souhaite beaucoup de courage. J’irai toujours la soutenir lors de ses compétitions tant que je le pourrais. Que Dieu mette sa main sur elle et sur ce qu’elle a choisi de faire. Elle aura toujours le soutien et les encouragements de la famille.

Dinde Aristide
Ami de Ghislaine
Nous sommes amis depuis 4 ans. Je pratique aussi les arts martiaux mais elle s’y est mise avant moi, au cours de la même année, en 2018. Rien n’a changé chez Ghislaine depuis qu’elle pratique le Vo CoTruyen. Elle est toujours calme et têtue (rires). Je suis fière d’elle parce que je suis dans le domaine. Je pratique le WuShu. Savoir qu’elle pratique un art martial nous a plus rapprochés.

Martial YAO
Architecte de formation, chargé d’Etudes à BGET, encadreur direct de Ghislaine Niamien
Ghislaine est quelqu’un de bien. C’est ma cadette de l’INP-HB. Nous avons su qu’elle pratiquait un art martial et nous avons aménagé le timing pour qu’elle puisse poursuivre ses entraînements. Je n’ai pas pu la voir compétir, le DG si mais avec les vidéos que j’ai pu voir d’elle, je peux dire qu’elle est combative et, au travail, c’est la même chose. Je la taquine souvent, lui demandant de m’emmener m’inscrire. Généralement, les gens pratiquent le sport pour déstresser. Je ne connaissais pas ce sport, c’est grâce à Ghislaine que je l’ai connu. J’aimerais aussi le pratiquer.  J’encourage Ghislaine, le sport permet dans la vie d’une personne, de se sentir bien. Il faudrait que l’on s’intéresse au sport. Ce n’est pas seulement le football et le handball qui sont des sports. J’encourage à pratiquer les arts martiaux.

Niamien Joachim
Père de Ghislaine
Ghislaine ne m’a pas informé dès le début qu’elle pratiquait un art martial. Elle a été à l’école à Bouaké, puis à Yamoussoukro. Lorsqu’elle est arrivée sur Abidjan, elle allait s’entraîner avec ses sœurs. Un jour, je lui ai demandé où est-ce qu’elle va s’entraîner et elle m’a alors expliqué brièvement qu’elle pratiquait la boxe, le karaté… Voilà comment j’ai été informé. Je n’ai pas été surpris parce que j’ai moi-même fait du sport à l’école. Personne ne s’était opposé, puisqu’étant à l’école, Ghislaine faisait du sport. Ses sœurs l’ont plusieurs fois accompagnée pour ses compétitions.
Aujourd’hui, un enfant majeur et qui sait choisir ce qu’il veut, il faut le laisser faire. Quand tu t’opposes, l’enfant fait les choses dans ton dos. Il est préférable de s’entendre et de l’encourager. Ghislaine aura toujours notre bénédiction pour continuer et persévérer car seule la persévérance donne de bons résultats. 

Mme Niamien Yvonne
Mère de Ghislaine
Je ne savais pas que Ghislaine pratiquait un art martial, avant la question de savoir où est-ce qu’elle allait s’entraîner. Tout ce que Dieu fait est bon. Je prie qu’elle aille de l’avant.

Niamien Franck
Frère aîné
J’avais constaté à la maison que Ghislaine pratique un art martial. J’avais vu son kimono. Je la taquinais souvent compte tenu de son gabarit. Ghislaine initie déjà ma fille (4ans), aux arts martiaux. Il y a une panoplie de savoir-faire dans la famille : musiciens, sportifs… J’étais à Agboville quand j’apprenais la nouvelle de son titre continental. Ghislaine avait fait une publication dont j’ai fait la capture et je me suis dit : « son affaire est apparemment sérieuse ». C’est ainsi que je l’ai appelé pour la féliciter. J’étais joyeux. Je l’encourage à aller de l’avant. Que tout se passe bien pour elle.

Niamien Marius
Frère aîné
Je voyais Ghislaine aller à ses entraînements et à ses compétitions mais je ne savais pas qu’elle avait atteint un tel niveau. Je l’encourage à continuer à bosser pour gravir les échelons, pour devenir comme Gbagbi Ruth, aller compétir en Europe… Qu’elle nous avise pour ses prochaines compétitions pour qu’on aille la soutenir.

Niamien Marie-Angèle
S
œur aînée
Je suis amie avec ma sœur sur Facebook. C’est par ses publications que j’ai su pour les arts martiaux. Je pensais que c’était juste de l’amusement. Je l’appelais la « truande de la maison » (rire) à cause de la dénomination de sa discipline. Je lui dis de rentrer avec de l’argent pour qu’on partage quelque chose avec la famille, lorsqu’elle va compétir. C’est ma façon de la motiver. Je souhaite beaucoup de succès à ma petite sœur. Qu’elle compte toujours sur Dieu pour avoir beaucoup de médailles et beaucoup d’argent. 

Kouamé Dani
Ami de Ghislaine
Nous étions tous deux étudiants à l’INP-HB mais c’est plus à Abidjan que nous avons eu l’occasion de nous rapprocher. Je l’encourage.  Elle s’en sort bien. Le fait qu’elle soit petite nous fait penser que c’est un peu dangereux avec tous les coups mais avec les entraînements et vu que c’est sa passion, la peur s’efface.

Mr. Kouakou Fulgence
Directeur du Bureau Général d’Etudes Techniques(BGET), cabinet d’études en avant-projet, de suivi et contrôle de travaux
Comme la plupart de nos collaborateurs, c’est un bon travailleur. Elle atteint les objectifs qu’on lui donne. C’est une de nos cadettes pour avoir fait la même école. Ses pratiques sportives n’entachent en rien la qualité de sa production. Quand elle a des entrainements ou des compétitions, elle réussit à performer, elle accompli les tâches avant d’y aller. Nous vivons en convivialité, c’est un excellent collaborateur qui intervient dans le domaine des calculs de structures et elle est projeteur. Ça fait plaisir de collaborer avec elle, une championne d’Afrique.

Diomandé Didier
DG adjoint technique à BGET, responsable du suivi et des missions
Nous cherchions un profil de technicien en bâtiment mais qui avait une bonne base de calcul et c’est le CV de Niamien qui nous a le plus marqué. Nous ne savions pas que Niamien pratiquait un art martial. C’était son mystère. C’est l’un de nos cadets directs de l’INP-HB, qui est son parrain, qui nous a mis la puce à l’oreille. Il nous a invités à aller voir ses vidéos sur sa page Facebook.
Niamien a le sang-froid et un esprit de gagneur. C’est quelqu’un qui cherche à atteindre des objectifs, à gagner des batailles. Lorsqu’elle travaille sur un projet, c’est comme un combat pour elle. Il faut aller vite et terminer.
Il faut reconnaitre que les arts martiaux ont apporté beaucoup de choses à Niamien. Cela nous plaît de l’avoir avec nous, nous allons aller loin avec elle, c’est notre chouchoute.


See more inteviews


Voir plus d’inteviews

Copyright © 2020 – ISKA Côte d’Ivoire – Abidjan Riviera Golf – Designed by www.cocojoyce.ci