LE CORONAVIRUS CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES *** ENSEMBLE, STOPPONS SA PROGRESSION EN RESPECTANT LES MESURES BARRIERES *** POUR TOUTE INFORMATION, APPELEZ LE 143 ou 101. ENVOYEZ PAR SMS « CORONAVIRUS » au 1366 *** LE CORONAVIRUS CONTINUE DE FAIRE DES RAVAGES *** ENSEMBLE, STOPPONS SA PROGRESSION EN RESPECTANT LES MESURES BARRIERES *** POUR TOUTE INFORMATION, APPELEZ LE 143 ou 101. ENVOYEZ PAR SMS « CORONAVIRUS » au 1366




Oly Yves Roland
Guest of the month
L’invité du mois
Par Lisi YAO

His nickname is « La Machine » or « Oly La Machine » meaning in English ‘‘The Machine’’. Oly Yves Roland is the Super Heavy Weight Muay-Thai Champion of Cote d’Ivoire since 2013. The professional boxer owns several titles including WKPF (World Professional Kombat Sport Figthers) world K-1 Champion. He was three times champion of Africa … For the great Ivorian athlete, Ivory Coast will be soon essential in the world of boxing and fighting sports.

Your News mentions many future fights and we could read on one of your Facebook pages the planet of boxing will be in Ivory Coast in 2021. How do you explain that ?
2020 was a very difficult year for us in terms of organization and for my association to promoting fights. I created in 2017 225 Fight Show and I remember our first event in 2019… Now we planned to do things differently in 2020 unfortunately, I had a busy schedule abroad and the first was in Paris, in March at the Bataclan with a well known organization of Europe and all over the world: The Muay Thai Grand Prix.

It was the first time to box in Europe unfortunately, there was the lockdown the day we landed in Paris and programs were canceled… We came back to Abidjan. My staff and I reorganized and thought about doing things here in Africa where the pandemic (Covid-19) is importantly less spread. We started looking for partnerships with international federations like the WBC and the ISKA then discussed with the Muay Thai Grand Prix about an event in Abidjan.

There will be many events with my 225 Fight Show organization this year and the first will be the 225 Fight Show WBC league.

The first professional Muay Thai league will be opened to all the athletes from other federations having the nostalgia to fight by observing the rules of Muay Thai and these rules will also be reviewed so that athletes can fully express themselves.

There will be 6 dates including 5 qualifying dates and 6 athletes per category with 3 categories such as 75Kg, 71Kg and 65Kg. Therefore, each athlete will fight every two months.

In addition to that, all my foreign programs will be taking place here in Abidjan. I will fight for the WBC world title and face in February 27 the African 2nd WBC champion. In two months, there will be an intercontinental belt opposing one of the World Top 10 fighters and I, and at the end of the year we will also have the WBC world title.

We recently interviewed the two-times ISKA Thai boxing world champion, two-time European champion, Mamoudou Keta, who wants to put his belt on the line in Africa and who also thinks to be a good opponent. Would you be interested by the fight ?
Of course yes! When Master Marcel Ahipo told me that he is the representative of ISKA Africa and Ivory Coast, I was really happy because for me, Ivory Coast is a hub for combat sports and seeing Ivorians positioning themselves like that is a good thing for martial arts and the ecosystem of combat sports in Côte d’Ivoire. We are also thinking about a partnership with the ISKA Côte d’Ivoire for competitions. Honestly, it will be a tremendous pleasure to face Mamoudou Keta, a great champion. It will also be an honor to represent my country face to him. Guinea and the Ivory Coast are close countries, friends and such event for sure will be highly interesting and we will also be happy to welcome him in our country.

“God guides the brave” is a signature you use on social medias. Was it inspired by a particular situation ?
This signature reflects my state of mind and my life as well. I know where I come from, what I have been through, what I have endured till today. I think I have the career I deserve and I am strongly thankful to God. When you come from a country, when you dreamed to playing football, rugby, basketball … and finally you start boxing and you know what you live every day, during your training…

Despite the fact that we are not really good children, God gives us the opportunity to be victorious. He guides the brave, he is with people who work, he loves winners, those who believe in what they do.

With 225 Fight Show and your club Changdam, (Black elephants from Ivory Coast). What do you propose particularly speaking ?
Concerning the club, it is first of all a sporting and social dear to my heart since I started boxing. I have always seen boxing as a solution because I know what boxing has given me and I think it can be a solution for a lot of young people.

I’ve been in Thailand, Malaysia and I’ve seen how boxing has taken people to, it has taken families out of the streets. Beyond teaching martial art and values that are around, in my club it is a question of giving hope to young people, making them understand that things are possible if they work and truly believe.

From the association, we created fighting events and I thought that it’s good to train people, but we have also to find a platform to express themselves, to make money by their talent. I tell people that martial arts are real jobs today and anyone can succeed if they are focused.

What are the solutions to overcome the real problem for financing projects ?
It’s difficult, but we have to think about public utility projects. We shouldn’t just think about sports. When we only think of sports, people that are not in our sector are not interested. When you look at the business model of the UFC which is young (no more than 30 years old), the business model of The One Championship or the business models of organizations in Thailand; clubs in Thailand where you practice sports while studying, where young people train in the morning and go to school in the evening … You understand that we have to give other perspectives. The problem here is that we train just for competitions. This model can hold back Africans. When parents let their kids go for training and after a while, they ask what they get!  It must be understood that beyond the competitions there is an economic aspect that can allow them to « become someone ». Sometimes we organize events once or twice a year. Our events must be businesses. We should not be afraid to struggle to make money or to set up projects to pay young people and educate them. When you have a business plan that you expose to potential partners, because of the social dimension of the project, they can support, even if it is not with money. They can support with gadgets … When people see your seriousness over years, money just comes. We have to prepare the conditions for money to come to us. I struggled but God allowed that I met the right people who had the right ears to listen to my project. Because of the results that God permits me to get, people respected me and as soon as I had the opportunity to talk to them, I proposed my project.

Do you think boxing has a promising future in Côte d’Ivoire ?
It has a bright future, that’s clear. I belief the lines will move in the right direction. When I started boxing in 2008, I was telling people in 2009 that I feel that boxing will become a “boom”. I was taken for a madman. I was asked if I think to make money here with boxing.

Some people think my mother I lost few years ago, left me a big jackpot.  My mother left me the faith. She taught me to believe in God and myself. My mother is my example. She didn’t have a lot of money but she was organized, she had a plan. She taught me to be organized and to pursue my dreams, to fight to make difference and change people’s lives. People didn’t believe it.

I have friends from high school who say they are proud of me and that is gratifying. I think that I managed to change mentalities, to make people accept something because a lot of people saw sports as an activity for those who have messed up their lives.

I tell young people that everything is possible through work. Today, big brands approach me for advertisings and there are also a lot of opportunities. I want young people to dream. They have the right to dream.

In 5 years, we won’t recognize our country in terms of success in martial arts and combat sports. I really and truly believe it. Things are going to happen … People will not believe that it is here in Côte d’Ivoire martial arts and combat sports are flourishing.


See more interviews

Appelons-le par son surnom « La Machine », « Oly La Machine ». Oly Yves Roland est le champion de Muay-thaï des plus de 91Kg en Côte d’Ivoire depuis 2013. Le Boxeur professionnel a à son actif plusieurs titres dont celui de champion du monde K-1 rules World Professional Kombat Sport Figthers (WPKF). Il a été 3 fois champion d’Afrique… Pour le grand athlète ivoirien, la Côte d’Ivoire sera bientôt incontournable dans le milieu de la boxe et des sports de combat.

Depuis un moment, votre actualité fait état de nombreux futurs combats. On peut même lire sur l’une de vos pages Facebook que la planète boxe sera en Côte d’Ivoire en 2021. A quoi doit-on s’attendre ?
2020 a été une année très difficile, ça a été compliqué pour nous en termes d’organisation, pour ma structure de promotion de combats 225 Fight Show que j’ai lancé depuis 2017. Je me souviens de notre premier évènement en 2019… On avait pour ambition, en 2020, de relancer les choses mais dans un autre format. Malheureusement, j’avais aussi des dates à l’extérieur, dont la première était sur Paris, en mars, au Bataclan, avec une organisation qui est très connue en Europe et mondialement aussi : Muaythai Grand Prix. C’était la première fois que je devais boxer en Europe, on partait à l’assaut de l’Europe. Malheureusement, il y a eu, le jour même de notre arrivée à Paris, confinement, dates annulées, repoussées… On a dû retourner sur Abidjan. Mon staff et moi, nous nous sommes réorganisés et nous avons pensé à faire les choses de notre côté, on s’est dit que l’Afrique est moins touchée par le Covid-19. Nous avons donc décidé de faire les choses ici. C’est ainsi que nous sommes partis en quête de partenariats avec des fédérations internationales comme la WBC et l’ISKA qu’on a contacté. On a aussi eu des discussions avec le Muay Thaï Grand Prix pour un évènement ici à Abidjan.

Cette année, il y aura beaucoup d’évènements qui se feront avec mon organisation 225 Fight Show. Le premier, c’est le 225 Fight Show WBC league.

La première ligue professionnelle de Muay Thaï sera ouverte à tous les athlètes des autres fédérations qui voudront combattre sous les règles du Muay Thaï, des règles qui seront assouplies pour leur permettre de pouvoir s’exprimer.

Il y aura 6 dates dont 5 dates qualificatives et 6 athlètes par catégorie. Nous aurons 3 catégories : celle des 75Kg, celle des 71Kg et celle des 65Kg. Chaque athlète va combattre tous les deux mois.

En marge de cela, tous les évènements que je devais faire à l’étranger vont se faire ici. Je pars à l’assaut du titre mondial WBC qui est vaquant et je dois affronter le 27 février, le N°2 Africain WBC, ici, à Abidjan. Dans deux mois, il y aura une ceinture intercontinentale en jeu, entre moi et un combattant du Top 10 mondial. A la fin de l’année, il y aura le titre mondial WBC ici à Abidjan.

Nous avons récemment reçu pour une interview le double champion du monde de boxe thaïlandaise ISKA, double champion d’Europe, Mamoudou Keta, qui projette mettre sa ceinture en jeu en Afrique et qui par ailleurs pense que vous ferez un bon adversaire. Seriez-vous intéressé par un combat avec lui ?
Bien sûr ! Quand Maître Marcel Ahipo m’a annoncé qu’il est le représentant ISKA Afrique et Côte d’Ivoire, j’ai vraiment été content. Pour moi, la Côte d’Ivoire est une plaque tournante des sports de combats et voir des ivoiriens qui se positionnent comme ça, c’est une bonne chose pour l’écosystème des arts martiaux, des sports de combat en Côte d’Ivoire. Nous pensons un partenariat avec le représentant ISKA Côte d’Ivoire pour des compétitions.

Sincèrement, ce sera un grand plaisir d’affronter Mamoudou Keta, un tel champion. Ce sera un honneur de représenter mon pays contre un grand champion. La Guinée et la Côte d’Ivoire sont des pays frères, amis, un tel évènement sera bienvenu, il sera intéressant. On sera content de le recevoir en Côte d’Ivoire.

« Dieu guide les braves » est une signature qui revient dans vos communications écrites sur les réseaux sociaux. Est-ce une situation particulière vous l’a inspirée ? Laquelle ?
Cette signature reflète mon état d’Esprit, ma vie. Je sais d’où je viens, ce que j’ai vécu, ce que j’ai enduré jusqu’à ce jour. Je pense que j’ai la carrière que je mérite et je suis reconnaissant envers Dieu. Quand tu viens de l’intérieur du pays, que tu as rêvé de jouer au foot, au rugby, au basket… qu’après, tu t’es orienté vers la boxe et que tu sais ce que tu vis tous les jours, à l’entraînement… Malgré les épreuves, malgré le fait qu’on ne soit pas vraiment des enfants modèles devant Dieu, il récompense nos efforts et nous donne d’être victorieux. Je me dis alors que Dieu guide les braves, il est avec les gens qui foncent, les gens qui travaillent, il aime les gagnants, ceux qui osent et font bouger les choses, qui croient en ce qu’ils font.


Avec votre structure 225 Fight Show, votre club Changdam, (Eléphants noirs de Côte d’Ivoire) qu’est-ce que vous proposez de particulier ?
Au niveau du club, c’est surtout un projet sportif et social qui me tient à cœur depuis que j’ai commencé à boxer. J’ai toujours vu la boxe comme une solution parce que j’ai vu ce que la boxe m’a apporté et je me dis qu’elle peut être une solution pour plein de jeunes.

J’ai été en Thaïlande, en Malaisie, j’ai vu combien de fois là-bas, la boxe a sorti, sort des gens, des familles de la rue. Au-delà même d’enseigner l’art du combat, l’art martial, les valeurs qu’il y a autour, il s’agit dans mon club de donner de l’espoir aux jeunes, de leur faire comprendre que les choses sont possibles s’ils travaillent, s’ils croient.

L’association a permis la création des évènements de combats. Je me suis dit que c’est bien d’entraîner les gens mais, il faut trouver une plateforme pour leur permettre de profiter de leur talent, de le monnayer. Je dis au club que les arts martiaux aujourd’hui, les sports de combat, c’est un vrai travail. Chacun peut tirer son épingle du jeu s’il est concentré ; réussir socialement grâce aux arts martiaux. 

A quelles solutions pensez-vous pour palier le réel problème de financement des projets de tournois et galas ?
C’est difficile mais il faut penser aux projets qui sont d’utilité publique. Il ne faut pas uniquement penser sport. Quand on ne pense que sport, ça reste sectaire. Lorsqu’on regarde le modèle économique de l’UFC qui est jeune (pas plus de 30 ans), le modèle économique de La ONE Championship ou les modèles économiques des structures en Thaïlande ; des clubs en Thaïlande qui sont des clubs où on pratique le sport tout en étudiant, où les jeunes s’entrainent le matin et vont à l’école le soir…  L’on comprend qu’il faut donner d’autres perspectives. Ici, le problème est qu’on s’entraine juste pour les compétitions. Ce modèle ne peut pas retenir les africains. Quand les parents laissent leurs enfants aller s’entrainer, au bout d’un moment, on se demande ce que ça rapporte. Il faut faire comprendre qu’au-delà des compétitions il y a le volet économique qui peut leur permettre de « devenir quelqu’un ». Parfois, on organise des évènements une fois ou deux fois l’an. Il faut que nos évènements soient des business. Il ne faut pas avoir peur de lutter pour trouver de l’argent ou de monter des projets pour payer des jeunes et les éduquer à créer de la richesse. Quand tu as un business plan que tu exposes aux potentiels partenaires, à cause de la dimension sociale du projet, ils peuvent accompagner, même si ce n’est pas avec des moyens financiers, de gros moyens. Ils peuvent le faire avec des gadgets… Lorsqu’au fil des années on voit votre sérieux, l’argent vient tout seul. Il faut préparer les conditions pour que l’argent vienne à nous. Moi, j’ai galéré mais Dieu a fait que j’ai croisé les bonnes personnes qui ont eu la bonne oreille pour écouter mon projet. Grâce aux résultats que Dieu m’a permis de faire, les gens m’ont respecté et dès que j’ai eu l’opportunité de leur parler, j’ai proposé mon projet.

Pensez-vous que la boxe a un avenir prometteur en Côte d’Ivoire ?
Elle a un avenir prometteur, c’est clair. Si je n’y croyais pas au fond de moi…

J’ai une intuition, la conviction que les lignes vont bouger dans le bon sens. Quand j’ai commencé la boxe en 2008, je disais aux gens déjà en 2009 que je sens qu’à un moment donné, la boxe fera « Boom ». On me prenait pour un fou. On me demandait si je pense gagner de l’argent ici avec la boxe.

D’aucuns pensent que ma mère que j’ai perdue il y a quelques années m’a laissé un gros pactole. Le gros pactole que ma mère m’a laissé, c’est la foi. Elle m’a appris à croire en Dieu et à croire en moi. Ma mère est pour moi l’exemple ultime de réussite. Avec ses maigres moyens, elle s’est battue, elle était organisée, elle avait un plan. Elle m’a appris à être organisé et à poursuivre mes rêves, à me battre pour faire changer les choses, la vie des gens.

Les gens n’y croyaient pas. J’ai des amis de lycée qui me disent qu’ils sont fiers de moi et cela est gratifiant. Je pense avoir réussi à changer les mentalités, à faire accepter quelque chose que les gens voyaient comme un sport pour les gens qui ont raté leur vie.

Je dis aux jeunes que tout passe par le travail. Aujourd’hui, de grandes marques m’approchent pour faire de la pub. Il y a beaucoup de débouchés.

Je veux que les jeunes rêvent. Ils ont les moyens et le droit de rêver. D’ici 5 ans, les gens ne vont pas reconnaitre la Côte d’Ivoire au plan des arts martiaux et des sports de combat. J’y crois dur comme fer. Il va se passer des choses… Les gens ne croiront pas que c’est en Côte d’Ivoire que ça se passe.


Voir plus d’interviews

Copyright © 2020 – ISKA Côte d’Ivoire – Abidjan Riviera Golf – Designed by www.cocojoyce.ci